Les perturbateurs endocriniens : le défi de notre siècle

28/03/2017

 

Paracelse, médecin et philosophe, disait « Tout est poison, rien n’est poison, c’est la dose qui fait le poison ». Cette maxime était sans doute vraie au 15ème siècle, mais elle ne l’est plus aujourd’hui avec les modes d’action des perturbateurs endocriniens.

 

On appelle perturbateur endocrinien toute substance chimique capable de modifier la synthèse d’une hormone, sa régulation et son mode d’action cellulaire et moléculaire.

 

Les perturbateurs endocriniens agissent sur un mode de toxicité nouveau, caractérisé par les aspects préoccupants suivants :
1. Absence de dose seuil, ils agissent par micro-doses répétées quotidiennement
2. Effet cocktail : 0+0+0+0…= 7 ! Nous sommes exposés à des micro-doses de produits chimiques quotidiennement qui s’ajoutent et se potentialisent (nuisant ainsi à la santé)
3. Fenêtre d’exposition : sensibilité accrue pendant la période de développement (grossesse, adolescence)                         
4. Période de latence : les effets sont différés et se manifestent des années plus tard à l’âge adulte. Cela est à prendre en compte pour l’évaluation de la toxicité de ces substances car à ce jour les tests ne mettent pas en évidence cette toxicité long terme
5. Effets trans-générationnels : ces produits affectent l’expression des gênes, des maladies peuvent être transmises par-delà les générations   

 

Ces épidémies modernes
Les perturbateurs endocriniens ont un coût estimé à 157 milliards d’euros par an. Ces molécules chimiques sont en partie responsables de l’augmentation des maladies chroniques et ruinent notre sécurité sociale.

Cancers : ils touchent 1 homme sur 2 ; 2 femmes sur 5

Diabète : 10% des plus de 25 ans sont diabétiques

Obésité : 15 % d’enfants touchés en France ; 22 % en Europe

Allergies : en France 20 à 25 % de la population est atteint

Maladies neurologiques, troubles du comportement, Parkinson,

Malformation des organes génitaux, trouble de la fertilité
Hypospadias, cryptorchidie (non descente du testicule dans les bourses) et cancers des testicules : ces maladies ont doublé en 30 ans dans les pays industrialisés.
1/3 de ces infortunés bébés ont des parents exposés aux pesticides.
En 20 ans en France, perte de 40% des spermatozoïdes, beaucoup d’autres ont des spermatozoïdes malformés ; seuls 20% des jeunes ont un sperme de bonne qualité.

 

Santé et environnement :

La nouvelle discipline de santé environnement ou médecine environnementale, prend en compte dans la prise en charge médicale aussi bien l'alimentation que les pratiques sportives ou professionnelles. Il est important de rechercher les risques liés à la dégradation de l'environnement de chacun.

Nous ne pouvons pas vivre en bonne santé dans un environnement malade

Nous pensons que le médecin, en tant que conseiller et prescripteur, doit appliquer le principe de précaution et réduire l’exposition aux ingrédients toxiques de ses patients.

 

Comment éviter les perturbateurs endocriniens ?

On les retrouve dans les produits alimentaires, les cosmétiques et produits d’hygiène, les sols, les végétaux, l’air et le milieu aquatique.

Dans l’alimentation, ce sont principalement les pesticides, ainsi que les emballages plastiques. Dans les cosmétiques, il s’agit des parabens, parfums de synthèse, triclosan et filtres solaires chimiques.

Afin d’éviter le contact avec ces perturbateurs endocriniens nous avons listé les 30 règles de vie à suivre.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Autre article :

Un nettoyage de peau naturel

21/03/2018

1/5
Please reload

NOS CONSEILS

Espace Diorama

3 bd de Cascais, 64200 Biarritz